22 août 2011

Expo par la Fondation Cartier : Mathématiques, un dépaysement soudain


Une idée de sortie pour cet automne !
La Fondation Cartier pour l’art contemporain propose du 21 octobre 2011 au 19 février 2012 une exposition intitulée « Mathématiques, un dépaysement soudain ». La manifestation, organisée sur mesure en collaboration avec l’Institut des hautes études scientifiques et présentée sous le patronage de l’UNESCO, invite des acteurs du monde de l’art et des scientifiques à nous ouvrir les portes des mathématiques.

Six chercheurs d’horizon différents ont été invités pour présenter cette science et la rendre accessible. Sir Michael Atiyah, Alain Connes, Nicole El Karoui, Mikhaïl Gromov, Cédric Villani et Don Zagier transforment la pensée et les théories mathématiques en une expérience sensible avec notamment les œuvres de Raymond Depardon et Claudine Nougaret, David Lynch, Hiroshi Sugimoto, Patti Smith. Avec ce dialogue entre les artistes et les scientifiques, la Fondation Cartier fait le pari de donner aux visiteurs l’esthétique mathématique.
Un catalogue mêlant textes, questionnaires et portraits accompagnera l’exposition qui a été placée sous le commissariat du mathématicien Jean-Pierre Bourguignon, de l’astrophysicien Michel Cassé et d’Hervé Chandès, directeur général de la Fondation Cartier pour l’art contemporain.


Source : Art Media Agency

12 commentaires:

steso a dit…

j y suis alle avec ma femme, etant ingenieur, la partie film sur la mécanique quantique ma beaucoup plus.
Ma femme, architecte et intéressé par l estetique des chose n a pas ete passionne et c est ennuyer
globalement je ne recommande pas cet expo les 4 stands qui se battent en duel sont soigner mais n ont moins d interes que ce que l on peu trouver sur wiki.
globalement ya pas grand chose a voir.

Anonyme a dit…

Oui Steso, il eût mieux valu aller voir une expo sur Malherbe, par exemple, grand nettoyeur de la langue française..

Anonyme a dit…

d'accord avec anonyme!

Anonyme a dit…

d'accord avec anonyme!

Anonyme a dit…

ingenieur en texto ;)

Sonia Marichal a dit…

Un autre avis sur Images des maths :
http://images.math.cnrs.fr/Ma-visite-a-la-Fondation-Cartier.html

clovis simard a dit…

Blog(fermaton.over-blog.com).No.15- THÉORÈME CARTIER.
MATHÉMATICIENS ET Pi.

Anonyme a dit…

j'en sort, aujourd'hui.
Cette expo est vide.
10euros pour 1 sculpture et un film.

Zenblabla a dit…

Je trouve le témoignage de Steso suffisamment émouvant pour écrire là.
N'importe qui ne peux, évidemment pas, entendre la musique des mathématiques.
...Il y a bien d'autres musiques, qui s'entendent, soufrent allègrement les fautes de petites frappes, même si la détection des fautes est une stupide discipline (J'exclue les typographes, évidemment encore, et les saluent sans faille.)

Le théorème d'anonyme se passe de signature!!!

Anonyme a dit…

Effectivement, exposition sans aucun intérêt, si ce n'est, peut être, le film au sous-sol qui laisse s'exprimer des mathématiciens sur leur "art". Le reste n'a aucun intérêt, et je pense encore moins pour les gens qui se sont déjà frotté aux maths. Je pense à cette sublime "sculpture" au sous-sol qui prend une pièce gigantesque à elle-seule et qui est sensée représenter le concept de limite à l'infini, et qui est d'une simplicité déconcertante, ou encore ce film dans un globe au rez de chaussée, qui nous explique de façon éclairée et éclairante que dans l'univers il existe des objets de tailles différentes (quel rapport avec les mathématiques d'ailleurs ?)... Bref, nulissime. Je pense que c'est un peu le problème quand on fait intervenir dans ce genre d'expos des gens qui ne connaissent rien aux maths.

VeroMath a dit…

Au fait d'où vient l'origine du mot Mathématique ?
Pourquoi 2 fois Mat dans le mot ?
qu'est ce que la matique ? la science du calcul ?
Th pour theo, theoreme ?
Math pour Mathieu ? la science des dieux ?
ma thématique : l'étude des thèmes ?
L'art de Mater la matière et la matique

Sonia a dit…

Petit extrait de l'article Wikipédia consacré aux maths :

Le mot « mathématique » vient du grec, par l’intermédiaire du latin. Le mot μάθημα (máthēma) signifie « science, connaissance » puis « mathématiques » ; il a donné naissance à l’adjectif μαθηματικός (mathematikos), d’abord « relatif au savoir » puis « qui concerne les sciences mathématiques ». Cet adjectif a été adopté en latin (mathematicus) et dans les langues romanes par la suite (« mathématique » en français, matematica en italien, etc.), ainsi que dans de nombreuses autres langues.

La forme neutre de l’adjectif μαθηματικός a été substantivée en τα μαθηματικά (ta mathēmatiká) pour désigner les sciences mathématiques dans leur ensemble. Cette forme plurielle, utilisée par Aristote, explique l’usage du pluriel pour le substantif en latin chez Cicéron (mathematica) puis en français et dans certaines autres langues européennes. Le singulier (« la mathématique ») est parfois employé en français, mais le mot donne alors au contexte une teinte d’archaïsme ou de didactisme.

Autre explication, trouvée sur le site M@ths et tiques d'Yvan Monka :
Le mot « mathématiques » vient du grec μάθημα « mathêma » ou plutôt μάθηματα « mathêmata » qui est son pluriel et qui expliquerait peut être pourquoi aujourd’hui encore la discipline se désigne par son pluriel.
Le mot « mathêma » signifiait le fait d’apprendre tout comme sa résultante : la connaissance et la science.
On le traduit aussi par « ce qui peut être appris » ou « ce qui peut être enseigné ».
Notons également que le mot μανθάνω « manthano » signifie apprendre et μάθησισ « mathesis », la leçon.
Les origines du mot remonteraient aux pythagoriciens dont l'école distinguait deux catégories de disciples :
- les akoutiskoï (les auditeurs) qui ne s'attachent qu'au résultat,
- les mathematikoï (les initiés) qui démontre le résultat.
Platon (-427 ; -347) et Aristote (-384 ; -322) donneront un sens plus large aux mathématiques proche de celui que nous utilisons de nos jours.

Enregistrer un commentaire

Des réactions, des propositions ? Exprimez-vous :-)
(A cause de quelques commentaires inopportuns, ceux-ci sont modérés et ne paraissent qu'après approbation)