24 avril 2012

Poème : l'abscisse et l'ordonnée

Il y a longtemps, je rappelais un petit truc mnémotechnique pour ne pas confondre les deux axes d'un repère cartésien. Aujourd'hui, petite poésie sur ce thème-là, par la journaliste et écrivaine française Marie Desplechin :

 
L’abscisse est la cruelle maîtresse de l’ordonnée.
À peine se sont-elles croisées
qu’elles enfantent, baptisent et domicilient un petit point
dont il faut reconnaître - à regret - qu’elles ne prennent aucun soin.
L’abscisse en effet n’a de cesse que de rencontrer une nouvelle ordonnée
plus jeune, plus belle,
à laquelle elle fera illico un nouveau petit point unique,
qu’elle abandonnera comme le précédent,
le vouant le plus souvent

à la solitude paranoïaque des corps totalement ordonnés.


1 commentaire:

mère grand a dit…

J'en suis désordonné

Enregistrer un commentaire

Des réactions, des propositions ? Exprimez-vous :-)
(A cause de quelques commentaires inopportuns, ceux-ci sont modérés et ne paraissent qu'après approbation)