25 août 2010

Pétanque : vous êtes plutôt sphères ou cubes ?

 Le week-end dernier, le vieux Cagnes-sur-Mer et ses rues particulièrement pentues ont accueilli les championnats du monde des boules carrées.
La partie ancienne de Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes) est constituée de vieilles ruelles dont la pente oscille en moyenne entre 10 et 18 %. C’est pourtant là que les membres du Cercle des amis ont eu l’idée loufoque d’y organiser un concours de pétanque il y a trente et un ans. Le Championnat du monde de boules carrées était né.
En vérité, ce club un peu spécial, qui a pris ses quartiers dans le Haut de Cagnes, rassemble des personnalités du pays depuis quelque… 137 ans. A l’origine, il avait été créé pour permettre aux hommes de retour de la guerre de 1870 de se retrouver entre eux. Aujourd’hui, il est devenu un bastion des traditions locales avec ses règles et ses fantaisies.
Chaque année, les pentes impressionnantes de la bourgade accueillent environ 500 joueurs qui viennent concourir tout le week-end. Constitués en triplettes, ils viennent du monde entier pour jouer avec les désormais célèbres boules carrées en bois de pin, propriété des organisateurs, et peintes pour bien différencier chaque équipe. Les spectateurs sont, quant à eux, chaque année plus nombreux pour assister à ce championnat plutôt insolite.
Le jeu se déroule selon des règles très précises. Chaque joueur dispose ainsi de deux boules carrées pour chaque phase de poule. Un moyen d’éviter l’élimination directe qui permet ainsi aux participants de disputer au moins deux manches. La mise en jeu se fait par tirage au sort et la partie elle-même se situe dans un cadre tracé à la peinture. Tireurs et pointeurs ont cependant interdiction de jouer torse nu.
Chaque année, les amateurs invoquent des histoires de cosinus et de tangentes pour mettre toutes les chances de leur côté. Ils ont beau pratiquer un jeu qui ne tourne pas rond, les Cagnois savent ce qu’ils veulent : convivialité et bonne humeur, qui sont toujours au rendez-vous.


Source : France-soir 
(merci à  Farid M pour l'idée postée en commentaire)

9 commentaires:

arithmetics a dit…

Bonjour ,j'ai quinze-ans et je viens presque tous les jours visiter votre ,blog j'adore vos articles ,surtout sur les fibonaccis. je tiens a vous remercier. bonne journée/soirée.

Sonia Geffrier a dit…

Merci pour vos visites, arithmetics !
Et bon lancement de votre blog.

RuBisCO a dit…

C'est vrai que c'est plus compliqué avec des boules cubiques.
Comment prévoir comment va tomber la "boule" et où elle va partir. C'est comme le ballon de rugby qui part n'importe où quand il tombe au sol.

Sonia Geffrier a dit…

Je pense que les mouvements d'un cube sont plus faciles à prévoir (à condition qu'on connaisse la position initiale, par exemple une face parallèle au sol, 4 arêtes verticales, 4 arêtes dans la direction du cochonnet, 4 arêtes perpendiculaires à la direction du cochonnet).
On doit pouvoir s'entrainer avec un gros dé à 6 faces.

RuBisCO a dit…

Un peu comme les ateliers de probabilité de fin d'année.
C'est pour ça, normalement si on maitrise tous les paramètres, on peut modifier le jeu en notre faveur.
Par exemple, si je connais son poids, sa vitesse initiale, sa vitesse de rotation, l'angle de lancer, la hauteur de lancer et de rattrapage, on devrait s'en sortir.

Sonia Geffrier a dit…

... et comme tout ça est généralement non déterminable à l'oeil nu, mieux vaut compter sur sa bonne fortune !

RuBisCO a dit…

Et si c'est moi qui pointe ?

Sonia Geffrier a dit…

Alors vous devriez vous en ... tirer ;-)

observ a dit…

vous parlez, ... en théoriciennes...!

Enregistrer un commentaire

Des réactions, des propositions ? Exprimez-vous :-)
(A cause de quelques commentaires inopportuns, ceux-ci sont modérés et ne paraissent qu'après approbation)