26 avril 2010

Déclaration d'impôts : vous reprendrez-bien une petite tranche ?


La semaine dernière j'ai reçu le même jour une lettre papier des impôts et un courriel m'invitant à déclarer mes revenus en ligne. La télédéclaration pour laquelle j'ai opté il y a plusieurs années est un bon moyen de se simplifier la paperasse :
  • Je ne calcule rien, 
  • Je vérifie que les montants préremplis correspondent bien aux salaires perçus (mon employeur a préalablement joint à mon dernier bulletin de salaire le relevé des sommes imposables),*
  • Je vérifie les montants correspondants à certains produits bancaires particuliers (ma banque m'a aussi envoyé un formulaire où tout est indiqué),
  • Je coche la case indiquant que je n'ai pas de téléviseur
  • J'ajoute les sommes versées à des organismes d'intérêt public (qui me donnent le droit à des réductions d'impôts).
Rien de bien sorcier... Le plus dur est de payer !! Mais en optant pour la mensualisation, c'est la formule sérénité qui évite de débourser beaucoup d'un seul coup.

Pour ceux qui veulent tout de même en savoir plus sur les calculs, et notamment les fameuses (ou fâcheuses) tranches d'impôts, Etienne Ghys, a rédigé pour vous une petite notice sur le site Image des maths du CNRS. Il démonte vos idées reçues, valeurs et graphiques à l'appui.

3 commentaires:

Agnès a dit…

Très intéressant, merci.
J'avais fait bossé des secondes sur les notions de croissance et de continuité de la courbe, beaucoup pensaient en effet que gagner plus d'argent était synonyme de se faire avoir.

Je me demande comme l'auteur quelle est la raison aujourd'hui de fonctionner par tranche... Les allocs ou les impôts pourraient et devraient être calculés de façon continue, sans "sauts" ou changements brusques de pente.

Sonia Geffrier a dit…

Peut-être qu'il y a des fans de la continuité par morceaux ?

Agnès a dit…

:p
Moi j'voudrais une dérivée continue par morceaux ;o)

Enregistrer un commentaire

Des réactions, des propositions ? Exprimez-vous :-)
(A cause de quelques commentaires inopportuns, ceux-ci sont modérés et ne paraissent qu'après approbation)