29 janvier 2011

Un plan sciences... positif ?

Luc Chatel prend à cœur la désaffection des études scientifiques universitaires par les jeunes, alors que la filière S est largement plébiscitée par les lycéens et leurs familles. Une annonce est prévue lundi 31 janvier pour un plan qui vise plus à redonner le goût des sciences qu'à révolutionner la manière de les enseigner.

Voici deux extraits choisis d'un article du Monde.fr sur le sujet :

Dans la droite ligne des programmes du primaire de 2007, le ministre devrait rappeler lundi l'importance de l'apprentissage par cœur des tables de multiplication et demander aux maîtres une pratique quotidienne du calcul mental. Quant aux professeurs des écoles, leurs aptitudes en sciences va être mieux évaluée lors du concours.  [...]

REDORER LES MATHÉMATIQUES
Au cœur d'une série d'initiatives pour redorer les mathématiques, l'opération MathC2+ se distingue par ses visées. L'inspection générale de mathématiques a élaboré ce projet pour détecter les talents au sein d'un nouveau public et encourager les carrières scientifiques. Grâce au financement d' entreprises comme EADS, CASIO, le Crédit Mutuel ou Microsoft, des jeunes de la 4ème à la 2nde vont se voire offrir une semaine de stage durant les petites vacances. Pour faire des maths autrement, avec des chercheurs ou des ingénieurs. 13 académies se lancent dès cette année et toutes pourraient être couvertes en 2013.
Étonnante machine que la rue de Grenelle qui, plutôt que changer un mode d'enseignement qui gâche le goût des sciences, invente d'autres manières de les aborder ! Reste que ces belles initiatives, parallèles à la scolarité ne feront peut-être pas oublier que la réforme du lycée a plutôt réduit l'enseignement des sciences en classe de 1ère scientifique. Les maths perdent une heure hebdomadaire, la physique une heure et demi et les Sciences de la Vie et de la terre, une heure. Une diminution qui n'est pas compensée par la demi heure de maths supplémentaire en terminale.
Marilyne Baumard

1 commentaire:

olivier a dit…

hum ...
Confier une partie de l'enseignement et du développement du goût des maths à des entreprises privées, c'est quand même étrange . Et assez représentatif de ce que pense le gouvernement . J'extrapole sans doute, mais dans leurs visées, les mathématiques sont réservées pour les élites pour fabriquer des armes ou faire de la finance.
Quand on voit les conditions d'un enseignement de qualité qui sont rayées les unes après les autres d'un trait de plume ( un prof de svt + physique + techno dans les établissements sensibles , les heures de cours en moins, soit disant compensées par les heures d'AP, où on ne travaille pas forcément la matière), on peut se dire qu'il faudra plus que la meilleure volonté du monde pour bien faire son travail .

Enregistrer un commentaire

Des réactions, des propositions ? Exprimez-vous :-)
(A cause de quelques commentaires inopportuns, ceux-ci sont modérés et ne paraissent qu'après approbation)