17 décembre 2009

La géométrie des Delaunay


Il y a un an, je vous proposais un petit article sur la géométrie de Kandinsky.
Cet article est l'un des plus lus de ce blog (4ème place) ; c'est pourquoi je braque maintenant les projecteurs sur un couple d'artistes dont les œuvres sont aussi très géométriques, j'ai nommé Robert et Sonia Delaunay ! Le parcours artistique de Robert Delaunay est proposé en-dessous des images.


Joie de vivre

Rythme

Rythmes sans fin

Prismes électriques

Rythme

Rythme


Robert Delaunay, né à Paris en 1885 et mort à Montpellier, (Hérault) en 1941 était un peintre français. À l'école, il ne s'intéresse qu'au dessin et à l'histoire naturelle, ce qui lui vaut d'être exclu pour paresse. Il est engagé en tant qu'apprenti dans la conception scénique deux années durant. C'est ici qu'il développe son goût pour les grandes surfaces.
En 1904 et 1905, Robert Delaunay réalise ses premières peintures : des paysages et des fleurs de facture néo-impressionniste et fauve. En 1906, il fait son service militaire à Laon, (Aisne) où, fasciné par la cathédrale, il en fait de nombreux croquis.
Fin 1906, Robert Delaunay rentre à Paris, et présente « Le manège électrique » au jury du Salon d'automne qui le refuse. Il décide de ne jamais exposer à ce salon. En 1907, il fréquente un groupe de jeunes artistes cherchant un art nouveau parmi lesquels Jean Metzinger, Henri Le Fauconnier et Fernand Léger. Dans le même temps, il entreprit un travail conséquent sur des monuments de Paris. Le résultat de ses recherches a pour conséquence de proposer une théorie personnelle sur la couleur, en prenant comme point de départ son œuvre « Paris - Saint-Séverin », (1909).
En 1910, influencé par le Cubisme, Robert Delaunay réduit sa palette de couleurs jusqu'au monochrome, puis, sous l'influence de sa femme Sonia, il réintroduit la couleur. Dès 1912, il se tourne vers l'Orphisme avec sa série des Fenêtres (Musée de Grenoble et Philadelphie Museum). Avec Sonia Delaunay, il crée le simultanéisme, basé sur la loi du contraste simultané des couleurs.

3 commentaires:

A-C a dit…

Je ne connaissais pas mais c'est très beau.
Une question me turupine : je vois bien les "rythmes" mais où sont les "algos" ?? ;-)

Zo a dit…

Certains de ces rythmes, en particulier le dernier présenté, me font furieusement penser à l'agroglyphe de Pi présenté dans ce blog en mars 2009.
(voir http://algorythmes.blogspot.com/2009/03/agroglyphe-de-pi.html).
C'est peut-être un agrorythme ?

Sonia Geffrier a dit…

Oui, cela doit faire partie du champ des possibles. De l'agro à l'allegro, il n'y a qu'un pas.

Enregistrer un commentaire

Des réactions, des propositions ? Exprimez-vous :-)
(A cause de quelques commentaires inopportuns, ceux-ci sont modérés et ne paraissent qu'après approbation)