12 juin 2010

Fibonacci nous invite à la poésie : c'est le fibbing

Le Fib est une forme de poésie s'appuyant sur la suite de Fibonacci et ressemblant au haïku. C'est un poème composé de 6 vers et totalisant 20 syllabes, chacun des vers comptant autant de syllabes que chaque ligne correspondante de la séquence de Fibonacci, soit 1 / 1 / 2 / 3 / 5 / 8.
Voici un exemple d'un fib classique écrit par Gregory K. Pincus qui a remis au goût du jour ces poèmes (GottaBook) :

One
Small,
Precise,
Poetic,
Spiraling mixture:
Math plus poetry yields the Fib.


Ce qui est amusant, c'est que fib signifie "mensonge" en anglais. Autrement dit, le fibbing pourrait être une affabulation.

Voici un lien vers le site d'un fibbeur actif : Marc Lebel

Autre présence de la suite de Fibonacci : le numéro de compte de Saunière, dans la Banque de dépôt de Zurich, dans le célèbre Da Vinci Code de Dan Brown (voir pp 72-73 et 102 dans l'édition Pocket).

4 commentaires:

A-C a dit…

C'est
Fou !
Merci
Pour ces fibs
Belle découverte
Qui clôt un si bon week-end !

Sonia Geffrier a dit…

Ouf !
Me
Voilà
Rassurée
Tu n'es pas noyée
Tout au fond d'une piscine...

A-C a dit…

Je
Crois
Qu'il manque
Un bon pied
A mon premier fib
Il va falloir faire une greffe

Sonia Geffrier a dit…

;-)

Enregistrer un commentaire

Des réactions, des propositions ? Exprimez-vous :-)
(A cause de quelques commentaires inopportuns, ceux-ci sont modérés et ne paraissent qu'après approbation)