8 mars 2010

Les maths mis à l'honneur dans un défilé de haute-couture !

Le défilé Issey Miyake vif et coloré, inspiré par l'abstraction mathématique


Le styliste de la marque japonaise Issey Miyake, Dai Fujiwara a présenté vendredi au Louvre devant le monde de la mode mais aussi plusieurs scientifiques prestigieux, une collection automne-hiver 2010-2011 inspirée par la géométrie et les mathématiques.
"C'est ravissant, très intéressant", s'étonne auprès de l'AFP Joel Lebowitz, mathématicien à l'université américaine de Rutgers, près de New York, venu en compagnie de sa femme. Le lauréat du prix Poincaré de mathématiques a bien vu sa discipline défiler: "C'était abstrait, tout à fait géométrique".
C'est en regardant à la télévision un documentaire évoquant le mathématicien américain William Thurston que le styliste japonais a vu la lumière : l'univers se composant de seulement huit formes géométriques dans l'espace, selon Thurston, le défi serait de concevoir une collection autour de ces formes.
Après plusieurs rencontres, Dai Fujiwara a utilisé des cordes qu'il a enroulé autour de bustes, avant d'imaginer avec son équipe des lignes des vêtements.
"M. Thurston nous parle de forme et d'espace. C'est comme de la science fiction, on a l'impression qu'il nous envoie une corde pour nous mener vers un autre monde", explique à l'AFP le styliste, qui voit aussi dans cet échange quelque chose de "spirituel".
Dans certains manteaux, d'énormes poches en cachent de toutes petites pour pouvoir "contenir tout l'univers". Sur la scène du carrousel du Louvre, des mannequins arrivent de différents coins, portant des étoles de toutes les couleurs autour du buste qui finissent par former une veste.
Des manteaux en organdi se composent de carrés rebrodés avec des petites étoiles, captant la lumière en halo autour de la silhouette, façon "ciel étoilé scintillant".
Des vestes simples, en rose, blanc et noir, sont surlignées d'une autre couleur, figurant les cordes et les huit formes.
De l'humour aussi, avec ces manteaux dont le col est composé de brins de laine, donnant de loin l'illusion de la fourrure. Des vestes en tweed gris argenté, aux formes arrondies, évoquent aussi une galaxie étoilée, tout comme les robes composées de tubes d'organdi.

Source : Libération Next, 05/03/10
Photo : Cubistliterature sur Flick'r

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Des réactions, des propositions ? Exprimez-vous :-)
(A cause de quelques commentaires inopportuns, ceux-ci sont modérés et ne paraissent qu'après approbation)